En sport, es-tu ambitieux(se)… ou perfectionniste? Voici une différence importante entre les deux attitudes, et laquelle est la plus susceptible de t’aider à exprimer ton potentiel.

Site web : ggmentalprep.com


Lors de la séance de formation live de dimanche dernier avec Mikael Le Blay, durant laquelle nous avons abordé le thème de la confiance, un débat intéressant a été lancé à propos du perfectionnisme en sport. De nombreuses opinions intéressantes ont été exprimées, et m’ont donné envie de tourner cette vidéo.

Pendant la séance, une athlète a raconté son parcours dans le sport de l’ultimate. Durant son récit, elle a expliqué qu’elle se fixait constamment des objectifs plus élevés, et que, bien qu’elle en a réalisé plusieurs, il est arrivé qu’elle n’atteigne pas toujours ses buts. Mais chaque fois, elle s’est relevée avec une détermination toujours plus grande.

C’est alors que j’ai réalisé qu’on pouvait faire une distinction entre un(e) athlète ambitieux(se) et un(e) athlète perfectionniste.

Ambition et perfection en sport

Imaginons deux athlètes : un athlète perfectionniste et une athlète ambitieuse. Les deux athlètes se sont fixé des buts élevés dans leur sport, et ils sont tous les deux déterminés à les atteindre.

Toutefois, leur attitude face au processus qui va les mener à leur but est différente…

L’athlète perfectionniste recherche le processus parfait. Lors de chaque compétition, pendant les entraînements, peu importe s’il vient tout juste d’apprendre une nouvelle habileté ou s’il la maîtrise depuis des mois, son niveau d’exigence demeure le même : il veut être parfait. Il n’a pas droit à l’erreur. Ce qui fait qu’il est rarement satisfait, il se déconnecte rapidement du plaisir que pourrait lui procurer la pratique de son sport.

Bref, non seulement il veut atteindre un but élevé, mais chacune des étapes qui mènent au but doit être réalisée avec brio.

L’athlète ambitieuse veut elle aussi atteindre un but élevé. Toutefois, elle accepte et comprend que le processus qui mènera à son but ne sera pas parfait. Elle accepte de faire des erreurs car elle sait qu’elle pourra en tirer les leçons appropriées qui lui permettront d’atteindre son but plus rapidement. Chacune des leçons lui permettra d’ajuster sa trajectoire pour garder le cap et la propulser ensuite dans la bonne direction.

La différence entre l’athlète perfectionniste et l’athlète ambitieuse, c’est l’attitude adoptée face aux obstacles ; alors que l’athlète perfectionniste focalise sur l’erreur qu’il cherchait à éviter et a tendance à se critiquer chaque fois que tout n’est pas parfait, l’athlète ambitieuse perçoit l’erreur comme une opportunité et l’utilise à son avantage.

Crédit photo : Max Lou sur Unsplash

Compétition : les deux issues possibles

Lors de la discussion de dimanche dernier, un des participants, coach Salah (merci coach!) a fait une remarque très intéressante :

« Soit on gagne, soit on apprend. »

Dans cette expression, on peut constater que la défaite n’est pas dans l’équation! C’est la devise de l’athlète ambitieux(se) : gagner ou apprendre – et j’ajouterais ici qu’on apprend aussi dans la victoire! L’athlète perfectionniste a plutôt tendance à voir la situation soit comme un succès, soit comme un échec.

Le critique intérieur

Si tu te considères comme un(e) athlète qui a tendance à être perfectionniste, il est possible que ton critique intérieur parle très fort et soit très volubile! Il est possible qu’il agisse ainsi pour te protéger : il se dit que s’il fait son travail correctement, cela t’évitera de recevoir des critiques de la part des autres.

Si tu te reconnais dans cette description, tu peux décider de transformer ton critique intérieur afin qu’il t’aide à analyser et à faire progresser ta performance, tout en faisant preuve de bienveillance et de tolérance. Pour y arriver, prends un moment pour observer les meilleurs athlètes dans ton sport. Sont-ils parfait(e)s? Cela leur arrive-t-il de commettre des erreurs? Si oui, comment réagissent-ils/elles?

La perfection n’existe pas… même chez les athlètes de très haut niveau. Peu importe ton niveau d’expérience ou ta catégorie, tu as toujours le droit d’apprendre, et de te donner le temps de prendre de l’expérience. Et les athlètes qui pratiquent leur sport depuis des dizaines d’années te le diront : on n’a jamais fini d’apprendre!

Bon entraînement,

Guylaine

P.S. Pour ceux et celles qui n’ont pas assisté à la séance de formation live sur la confiance, des extraits seront diffusés très bientôt sur mon podcast… restez à l’affût!

D’autres épisodes

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *