Être trop discipliné(e) peut affecter négativement ta performance en sport. Voici pourquoi, et comment t’entraîner à trouver l’équilibre!

Site web : ggmentalprep.com


Es-tu un(e) athlète ultra-discipliné(e)?

Si oui, tu as peut-être une routine spécifique de laquelle tu ne déroges (presque) jamais, tu exécutes tout ce que ton entraîneur te dit à la lettre, tu manges bien, tu te couches tôt, tu arrives toujours à l’heure à l’entraînement, tu ne « triches » jamais pendant les pratiques.

Bref, tu fais tout ce qu’il faut et tout ce qu’on te dit dans le but de te donner toutes les chances de performer le jour J.

Ça te ressemble?

Si oui, alors j’ai tourné cette vidéo pour toi.

Crédit photo : Evan-Dvorkin sur Unsplash

Trop de discipline… c’est comme pas assez!

Comme on le dit si bien au Québec… trop, c’est comme pas assez. Oui, être trop discipliné(e), c’est possible. Et cela peut affecter ta performance.

Qu’est-ce que ça veut dire, être trop discipliné(e)? Dans ma définition à moi, cela signifie « faire les choses parce que c’est censé être comme ça, parce qu’on nous a dit que ça devait être comme ça, ou parce que les autres s’attendent à ce qu’on le fasse comme ça. »

Quand tu deviens tellement discipliné(e) qu’il n’y a plus place pour innover, être créatif(ve) et pour t’adapter selon ce qui se passe dans le moment présent, cela devient de la rigidité… et en sport, tu veux plutôt adopter une attitude de flexibilité. La capacité de s’adapter à une situation qui te pousse hors de ta zone de confort est une habileté cruciale pour performer à ton plein potentiel en compétition.

Crédit photo : Lina Kivaka sur Pexels

Discipline et zone de confort

Sortir de ta zone de confort, cela ne signifie pas uniquement faire des entraînements difficiles ou complexes, qui te demandent des efforts… ou persévérer quand tout ne va pas comme prévu. Parce que dans ces situations, l’athlète ultra-discipliné(e) est très souvent… ultra-performant(e)!

Sortir de ta zone de confort, c’est aussi oser poser des gestes, et adopter des attitudes et des comportements que tu n’as pas l’habitude d’adopter. Si tu te considères comme un(e) athlète ultra-discipliné(e), alors adopter une attitude de lâcher prise, écouter ton corps, ton cœur et ton instinct lorsqu’ils tentent de te parler… tout cela t’amène fort probablement hors de ta zone de confort.

Bien évidemment, le but n’est pas de devenir complètement rebelle à l’entraînement et de toujours faire à ta tête! Toutefois, pour développer ta flexibilité mentale, un bon moyen est de « prendre des risques » à certains moments, et d’agir selon ce que te dit ta petite voix intérieure, même si cela va parfois à l’encontre de ce que tu crois que tu devrais faire, ou de ce qu’on t’a dit qu’il faut faire.

Par exemple, quand tout va de travers, tu pourrais décider de prendre une pause et de pratiquer une autre habileté au lieu de t’acharner à exécuter les 50 répétitions que tu devais faire aujourd’hui. Qui sait? Peut-être que la pause te permettra d’avoir une idée géniale et de trouver la solution pour y arriver deux fois plus rapidement la prochaine fois.

Pourquoi, en tant qu’entraîneur, tu ne veux pas que ton athlète soit trop discipliné(e)

En tant qu’entraîneur, quand ton athlète fait exactement tout ce que tu dis, quand ton athlète obéit toujours au doigt et à l’oeil… c’est un signe qu’il est temps d’abaisser les attentes, d’élargir le cadre et de développer son autonomie.

Parce qu’il est important pour l’athlète de répondre aux demandes de son entraîneur, il est fort probable qu’il/elle se sente vite stressé(e) chaque fois qu’il/elle n’arrive pas au bout de l’entraînement – par exemple, exécuter le nombre de répétitions demandé, ou soulever la charge requise. L’athlète doit alors apprendre à se connecter à ses ressources présentes à l’intérieur de lui/elle pour s’adapter à la situation. À trouver ses propres réponses et ses propres solutions pour surmonter les obstacles.

Et comme la solution qui conviendra à l’athlète ne sera pas toujours parfaitement conforme aux attentes, à la théorie ou à la technique parfaite, il est important de laisser un espace à nos athlètes hyper-discipliné(e)s pour expérimenter, puis analyser leur expérience.

Découvre ton moi authentique

Si tu es un(e) athlète ultra-discipliné(e), il est possible que tu aies tendance à agir de manière automatique en suivant les règles au pied de la lettre. Ce comportement te permet peut-être de te dire que tu as fait tout ce qu’il fallait, et il est possible que cela t’aide à te sentir en confiance pour la prochaine compétition.

Et s’il y avait un autre moyen de bâtir ta confiance? Et si tu avais toutes les ressources en toi pour arriver à tes buts?

Cette semaine, je t’invite à changer tes habitudes, à devenir un peu plus rebelle, à « faire à ta tête » de temps en temps, et tu découvriras peut-être d’autres manières de t’entraîner et de progresser en sport, qui en plus pourraient t’apporter un plus grand bien-être et un tout nouveau sentiment de liberté.

Selon moi, la vraie discipline, c’est t’entraîner régulièrement à être à l’écoute de ta voix intérieure, de ton GPS interne, et de faire preuve de discernement pendant les entraînements, pour agir le plus souvent possible en fonction de ce qui est le mieux pour toi dans le moment présent. Et ce, même si cela te fait sortir de ta zone de confort car cela pourrait être différent de ce que les autres attendent de toi.

Il nous arrive d’agir de manière disipliné(e) parce qu’on se donne la responsabilité de répondre aux demandes d’autrui. Mais être discipliné(e), c’est plutôt une responsabilité que l’on a envers soi-même : c’est faire des efforts pour devenir toujours plus intègre et authentique.

Bon entraînement,

Guylaine

D’autres épisodes

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *