Le matin du vendredi 12 janvier 2007, à la station L’Enfant Plaza à Washington, on peut voir un homme qui émerge du métro, se positionne près d’un mur juste à côté d’une poubelle, sort un violon de son étui, et commence à en jouer sans s’arrêter pendant 43 minutes.

Ce matin-là, la plupart des gens sont pressés et se rendent au travail. Chaque personne qui passe a un choix rapide à faire… s’arrêter et écouter? Accélérer, se sentir un peu coupable et agacé par la demande non sollicitée de temps et d’argent? Donner un peu d’argent par politesse?

Le déroulement

3 longues minutes s’écoulent avant que quelque chose ne se produise. 

63 personnes étaient déjà passées quand un homme a ralenti son rythme de marche pendant une seconde et a tourné la tête vers le musicien.

30 secondes plus tard, le violoniste reçoit son premier dollar.

À la 6ème minute, un jeune homme s’adosse au mur et l’écoute pendant quelque temps.

Tous les enfants qui passent devant le violoniste – sans exception – veulent s’arrêter pour regarder. Chaque fois, un parent presse l’enfant de continuer son chemin.

Ce qui se produit après la fin de chaque pièce? Rien. La musique s’arrête. Les mêmes personnes qui ne l’avaient pas remarqué en train de jouer ne s’aperçoivent pas qu’il a terminé. Pas d’applaudissements, pas de reconnaissance.

Au cours des 43 minutes durant lesquelles performe le violoniste, 1097 personnes passent devant lui et 7 personnes s’arrêtent pendant plus d’une minute. En tout, 27 personnes donnent de l’argent, la plupart d’entre elles en conservant leur rythme de marche.

Au total, le violoniste gagne 32,17$.

L’expérience du Washington Post

Le violoniste, c’était Joshua Bell, un des plus grands musiciens du monde, jadis un enfant prodige et aujourd’hui un virtuose reconnu internationalement.

À la station de métro, il a joué une des pièces les plus complexes de tous les temps, avec un violon d’une valeur de 3,5 millions de dollars, fabriqué en 1713 par Antonio Stradivari. Deux jours plus tôt, Bell avait joué la même pièce dans une salle comble au Symphony Hall à Boston, où les billets se sont vendus au minimum 100$ chacun.

L’expérience de Bell jouant incognito dans le métro1 a été organisée par le Washington Post dans le cadre d’une étude sociale sur le contexte, la perception et les priorités des gens.2

L’auteur de l’article décrivant l’expérience, Gene Weingarten, récipiendaire d’un Prix Pulitzer pour son texte, se questionne : « Si nous ne pouvons pas prendre le temps de s’arrêter un instant et d’écouter l’un des meilleurs musiciens sur cette Terre, jouer quelques-unes des meilleures pièces jamais écrites; si le rythme trépidant de la vie moderne nous submerge tellement que nous sommes sourds et aveugles à un événement aussi extraordinaire – à côté de combien d’autres choses passons-nous sans les voir? »

Clique ici pour du coaching mensuel sur Patreon

Ton duel

Cette semaine, une fois par jour, ralentis la cadence et prends le temps d’observer ce qui se passe autour de toi. Continue pendant quelques instants, jusqu’à ce que tu découvres quelque chose que tu n’avais pas remarqué, ou que tu ne remarquerais pas habituellement, selon ta façon spontanée d’observer le monde. Sois pleinement conscient(e) de ce qui se déroule devant toi.

En tant qu’athlète, pourquoi cette nouvelle approche? En étant attentif(ve) à ton environnement, tu améliores ta concentration, ta capacité à remarquer les détails techniques et tactiques, ta vision de jeu et ta vitesse de réaction. Et pas à pas, tu commences à développer la Sagesse du Guerrier.

Print Friendly, PDF & Email

Notes de bas de page

  1. Vidéo de la performance de Bell à la station de métro : Stop and Hear the Music
  2. Pearls Before Breakfast: Can one of the nation’s great musicians cut through the fog of a D.C. rush hour? Let’s find out.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *